Récit de Course - 24H MOTOS 2016

Récit de Course - 24H MOTOS 2016

L’ascenseur émotionnel...

 Lundi :

Le Mans nous voilà ! Arrivée de toute l’équipe sur le circuit et c’est parti pour l’installation du box et le montage de l’hospitality.

 Mardi :

C’est sous le soleil que démarre une première journée d’essais. La moto sortant tout juste de l’atelier, c’est l’occasion pour les pilotes de découvrir tranquillement cette nouvelle machine tout en la rodant.

Ces premiers tours de roues vont aussi permettre de commencer son développement sur une piste sèche. Il reste beaucoup de travail car la course n’est que dans quelques jours mais les retours des pilotes sont plus qu’encourageants et ils prennent déjà du plaisir à son guidon.

 Mercredi :

Journée OFF en piste. Place aux contrôles techniques des motos qui passent sans encombre et aux vérifications administratives des pilotes.

L’équipe technique profite de cette journée pour s’atteler aux réglages et au stickage des motos pour l’habiller aux couleurs de nos partenaires (grâce à Virus Graphics qui s’est rendu sur place pour nous amener les planches et les poser).

Les pilotes pourraient en profiter pour se détendre mais la force de l’union et la cohésion du team leur donne d’autres projets.

C’est donc tout naturellement et comme une évidence qu’ils se joignent aux mécaniciens pour en apprendre plus, les soutenir et leur donner un coup de main dans ces préparatifs.

 Jeudi :

La nouvelle ZX10R #33 est enfin dévoilée et autant vous dire qu’elle a du succès. Elle est qualifiée par les internautes comme la plus belle depuis les débuts. Reste encore à montrer qu’elle peut être la plus forte !

  • 10h début des essais officiels. Des essais qui servent encore au développement de la moto et qui ont été constructifs avec même de bons chronos en fin de session et un meilleur tour en 1.39.966
  • 15h30 les choses sérieuses commencent ! C’est parti pour les premières qualifications, mais la météo ne joue pas en notre faveur…
    La moto est chaussée de nouveaux pneus de développement, le grip est là mais nous n’arrivons pas à les faire marcher sous la pluie…
    Ce sont des qualifications difficiles que nous subissons.

Nous sommes provisoirement 22ème au général et 13ème en stock, mais rien n’est joué, il reste encore des qualifs demain et ce n’est pas une moyenne mais uniquement la meilleure qualification qui comptera, alors nous restons confiants et optimistes, rien n’est joué !

  • 20h30 à 22h La journée se termine avec les essais de nuit. Nous les utilisons pour tester plusieurs choses typiques de l’endurance (ravitaillements, consommation et capacité du réservoir, etc…).

Mieux vaut faire ces tests pendant les essais que d’avoir des surprises en course.
Nous avons même pu bizuter notre nouveau pilote Anthony Loiseau en lui faisant le coup de la panne !

 Vendredi :

MOTIVATION ! L’heure des dernières qualifs est arrivée ! Le ciel a l’air de notre côté car la pluie ne devrait revenir qu’à la fin de celles-ci !
Alors GAZZZ il faut tout donner !

C’est Emeric qui s’élance pour seulement quelques tours dont un chrono, suivi d’Anthony Loiseau puis Morgan Berchet signant respectivement des meilleurs tours en 1.39.735, 1.40.213 et 1.39.616.

Après la pression des essais ne permettant pas de tester à fond la machine et des premières qualifications laborieuses le soulagement et la joie explose enfin. Avec une moyenne de 1.39.854 nous partirons 8ème sur la grille de départ et premier de notre catégorie.

Place ensuite à un peu de détente et au moment privilégié de nos pilotes : la visite des stands ! Beaucoup de dédicaces et de caméras, un public en nombre, des supporters sur-motivés, des journalistes très intéressés et curieux par notre team… Une soirée motivante qui donne encore plus de confiance pour la course du lendemain.

A la tombée de la nuit les mécaniciens en profitent pour s’entraîner aux ravitaillements. D’autres membres reçoivent les clients VIP, ou se détendent avec les partenaires à l’hospitality…
Mais une seule et même envie résonne en boucle dans la tête de tous, gagner cette course !!!

 Samedi :

Après une bonne nuit de sommeil, réveil matinal pour tout mettre en œuvre et s’élancer pour le Warm Up.

Direction ensuite au briefing pour nos pilotes avec Frédéric Louit, Gillou notre team manager et le chef mécanicien.

Ça parle stratégie de course, ça réfléchit aux bons choix à faire... La météo reste capricieuse et incertaine, autant dire qu’il est difficile dans ses conditions de mettre en place des choix probants et définitifs, mais nous sommes prêts...

Beaucoup de choses se feront donc en fonction de mère de nature et en vue des alertes pluies annoncées c’est Emeric qui prendra le départ. On le sait, c’est son élément ! Le choisir permettra donc à la fois de limiter les risques mais aussi et surtout de faire des bons chronos dès le départ dans des conditions ou certains concurrents sont plus en difficultés.

  • 15h : Départ des 24h Motos !!!

Quelle adrénaline !!!!! Emeric parti 8ème est remonté à la 3ème position en 1 tour. Un mélange d’excitation, de fierté et de stress envahi le box.

La météo refait des siennes alors c’est après seulement quelques tours qu’Emeric rentre au box pour un changement de pneumatiques. L’équipe en profite pour ravitailler le laissant repartir pour un relais complet.

Les chutes ne cessent de s’enchainer sur le Bugatti, mais la #33 continue un beau travail malgré les safety cars qui n’aident pas. Il continue de pleuvoir à la fin du relais d’Emeric et nous sommes 5ème stock et 12 au général. Le choix est donc pris de le refaire partir à nouveau pour 36 tours.

C’est donc après un incroyable départ et 2h30 de course qu’il passe enfin le guidon à son coéquipier Anthony Loiseau. La #33 se place 2ème en stock et 7ème au général. Anthony effectue un magnifique relais ramenant la moto à Morgan à la même position qui fera aussi le même job en roulant en 1.41 régul pendant son relais.

Les relais s’enchaînent sur le même rythme aisément.

  • 5h30 de course nous sommes 1er en superstock et 7ème au général. La concurrence est toute proche, mais les pilotes en ont encore sous le pied et les esprits restent sereins.

Mais au bout de 8h30 de course, alors que tout était idyllique, Emeric rentre au box surprenant tout le monde. « La moto coupe ! » Pourtant c’est une machine qui marche que les mécaniciens redémarre. Sans coupure, ni problème visible particulier.

Emeric repart, mais ne reviendra que 30 minutes après… A peine sorti du box il est tombé en panne au bout du circuit et a du ramener la moto péniblement en la poussant. La pression est à son maximum dans le stand car aucune information ne nous est transmise.

En suivant ses chronos nous voyons bien qu’il n’a pas passé la première section, mais quoi ? Chute ? Panne ? Pourquoi met-il autant de temps à revenir ? Nous avons beau changer les chaînes TV, aucune caméra n’est sur lui. C’est après de longues minutes qu’il est enfin notifié sur le live timing « rider 33 pushing the bike ».

Le règlement n’autorisant les mécaniciens à aller l’aider qu’une fois arrivé sur la pit lane c’est donc tardivement qu’ils peuvent enfin aller le soulager et l’aider à rentrer au box sous les applaudissements d’encouragements des autres teams.

L’équipe s’active avec le renfort des mécaniciens de la Kawasaki SRC #11 venus par solidarité. Mais malgré les différentes compétences réunis la panne est longue à être trouvée. La batterie ne charge plus. Il faut tester certaines pièces électriques et chaque fusible afin de comprendre ce qui cause ce court circuit. C’est après avoir changé et testé de nombreuses pièces qu’elle se relance.

Morgan reprend donc les rennes de la #33, mais la perte de temps fût telle que nous sommes désormais redescendu à la 47ème place. Nous remontons doucement 40ème ce qui nous laisse malgré tout à 20 tours du premier petit point.

Bien que l’idée soit difficile à accepter le calcul est rapidement fait. Trop de pièces sont endommagées et nous avons perdu trop de temps, il est désormais difficile de finir avec un minimum de points et sans même savoir si la moto va marcher longtemps.

Le budget pour remettre la machine en état pourrait ne pas nous permettre de faire la prochaine manche du championnat, sans parler du risque de casse, de blessures, pour ne rien marquer au final…

C’est donc avec les larmes aux yeux que nous réunissons tout le monde et panneautons « BOX » à Morgan, au milieu de son relais, afin d’annoncer l’abandon. Bien que difficile, ce choix est accepté et soutenu de tous.

C’est le cœur gros que nous baissons le rideau. Les 24H Motos s’arrêtent donc au bout de 12h pour nous…

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous suivent de près comme de loin, merci pour votre soutien et votre présence qui nous touchent et nous motivent !

Merci à nos pilotes qui ont fait un super job et à l’équipe technique pour la qualité de son travail et son investissement.
Un immense merci aussi à nos partenaires sans qui nous ne serions rien et pour qui nous voulons toujours donner le meilleur.
Le championnat débute juste et c’est avec encore plus de rage que nous allons attaquer la suite ! Vous n’avez pas fini d’entendre parler de la #33 ! 

Toutes les photos ICI